UNE MOUCHE POUR MIEUX COMPRENDRE L’ENDOMETRIOSE

09 décembre 2016

En utilisant des mouches du vinaigre (drosophiles), l'équipe d'Angela Giangrande de l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (Inserm, CNRS, Université de Strasbourg) a mis en lumière un nouveau régulateur du fonctionnement du système reproducteur, conservé chez les mammifères. Leurs résultats ont été publiés le 25 novembre 2016 dans la revue Scientific Reports.

Après l’accouplement, les spermatozoïdes subissent une ultime étape de maturation lors de leur ascension vers l’ovaire. Indispensable pour la fécondation, cette étape dite de « capacitation » est permise grâce à la sécrétion de molécules par l’appareil génital féminin. Alors que les systèmes de reproduction des mammifères et des insectes sont extrêmement différents, ils nécessitent pourtant tous deux la présence de cellules sécrétrices pour produire des molécules synchronisant la rencontre des deux gamètes.

SF-1, un facteur commun aux mammifères et aux insectes
Chez les mammifères, le facteur stéroïdogénique (SF-1) est essentiel au bon développement et fonctionnement des glandes stéroïdiennes du système reproducteur. Sa mauvaise régulation est associée à l'endométriose, qui est la première cause d'infertilité chez la femme. Hr39 est l’homologue de SF-1 chez la drosophile ; il est nécessaire dans les cellules sécrétrices de la spermathèque chargées d’assurer la fertilité en sécrétant des substances qui attirent et font maturer les spermatozoïdes. Que ce soit dans l’utérus des mammifères ou la spermathèque des insectes, les facteurs SF-1 / Hr39 sont nécessaires au bon développement des cellules sécrétrices. Un mauvais fonctionnement de ces cellules peut conduire à l'infertilité.

Découverte d'un nouveau régulateur de SF-1
Dans cette nouvelle étude, l'équipe d'Angela Giangrande à l'IGBMC a identifié un régulateur direct de Hr39 dans la spermathèque de la drosophile : le facteur de transcription Gcm. L’absence de Gcm empêche en effet la production des cellules sécrétrices et conduit à la stérilité des femelles chez la mouche. Cette étude identifie une nouvelle voie moléculaire dans le développement du système reproducteur féminin car la régulation de Hr39 par Gcm est conservée chez les mammifères.
> LIre la suite

Source
An evolutionary conserved interaction between the Gcm transcription factor and the SF1 nuclear receptor in the female reproductive system.
Cattenoz PB, Delaporte C, Bazzi W, Giangrande A. Sci Rep. 2016 Nov 25;6:37792. doi: 10.1038/srep37792.

Contact chercheur
 - Angela Giangrande  unité Inserm 964/IGBMC :  angela.giangrande[at]igbmc.fr


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes