UNE ENZYME JUGEE INACTIVE PROTEGE EN REALITE LA FERTILITE DES SOURIS MALES

21 novembre 2016

 

Distribution phylogénétique de Dnmt3C

L’expression des gènes est influencée par des modifications enzymatiques de l’ADN. Des chercheurs du laboratoire Génétique et biologie du développement (CNRS/Inserm/Institut Curie/UPMC), de celui de Physiologie de la reproduction (CNRS/Université de Tours/INRA) et de l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (Unité Inserm 964, CNRS/Université de Strasbourg) ont découvert une 5e enzyme de méthylation de l’ADN codée par le gène DNMT3C, pris jusque-là pour inactif. Cette découverte a été publiée dans la revue Science.

Sans DNMT3C, les transposons ne peuvent être méthylés ce qui conduit à leur réactivation et in fine à la mort des cellules germinales, une azoospermie et une stérilité masculine.

 

 

Cette enzyme agit en réalité pendant la spermatogenèse fœtale pour contrôler les transposons, ces séquences génétiques capables de se déplacer au sein du génome et potentiellement dangereuses.

Sans DNMT3C, les souris mâles ne produisent pas de spermatozoïdes et sont stériles. Cette enzyme n’est présente que chez les rongeurs et les chercheurs se demandent à présent si des mécanismes similaires existent chez l’homme, pour préserver sa fertilité des effets délétères des transposons.

> Plus d'infos

Source
The DNA methyltransferase DNMT3C protects male germ cells from transposon activity
 Joan Barau, Aurélie Teissandier, Natasha Zamudio, Stéphanie Roy, Valérie Nalesso, Yann Hérault, Florian Guillou, Déborah Bourc’his. Science  18 nov 2016:
Vol. 354, Issue 6314, pp. 909-912. DOI : 10.1126/science.aah5143


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes