UN PATIENT BENEFICIE D’UN LARYNX ARTIFICIEL DEPUIS 18 MOIS

18 janvier 2017

De nouvelles stratégies de régénération de larynx et de trachées basée sur des matériaux hybrides composés de titane poreux, de biopolymères et d'agents thérapeutiques sont développées. Ce travail se fait en étroite collaboration avec la société PROTiP. Faculté de Chirurgie Dentaire, Hôpital Civil, Strasbourg. Crédit photo: Inserm/P. Delapierre

En 2013, des chercheurs de l'Inserm et médecins des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg annonçaient avoir réussi à mettre au point un larynx artificiel. Depuis leur 1ère implantation il y 5 ans chez des patients dont l'état de santé avait nécessité l'ablation du larynx, ils ont optimisé l'implant et leur technique chirurgicale. Aujourd'hui, ils présentent le cas d'un patient qui porte l'implant depuis 18 mois, une prouesse lui permettant de respirer par la bouche et le nez, de retrouver la voix et l'olfaction et de se passer de l'orifice de trachéotomie.

Dans le cas de cancers sévères du larynx, les médecins peuvent décider de pratiquer une laryngectomie totale. Le patient a alors besoin d'une trachéotomie afin de pouvoir respirer correctement par un orifice créé au niveau du cou. Cette intervention n'est pas sans conséquence pour le patient puisque sa qualité de vie en est affectée notamment par la perte de la voix et de l'olfaction. Une longue rééducation permet au patient d'utiliser la voix oesophagienne mais cette technique est éprouvante.

Christian Debry, chercheur à l'Unité Inserm 1121 "Biomatériaux et Bioingénierie" et chef du service ORL et chirurgie cervico-faciale au CHU de Strasbourg Hautepierre et ses collaborateurs se sont attachés à développer pour ces patients un larynx artificiel . 6 patients ont été implantés à ce jour depuis 2012 mais n'ont pu conserver l'implant (1) en raison de leur état de santé fragile. L'an dernier, les chercheurs de l'Inserm ont optimisé les traitements de surface des implants en développant un film antimicrobien pour éviter son rejet.

"Le patient de 56 ans bénéficie de l’implant optimisé depuis plus de 18 mois. Aujourd’hui, il a retrouvé sa voix et son olfaction, supprimées par l’opération. Il est capable de se passer complétement de l’utilisation de l’orifice de trachéotomie pendant de longues périodes de jour comme de nuit. C’est la première fois qu’un tel concept fait sa preuve. Il persiste encore des troubles de la déglutition mais nous avons franchi une première étape représentant un gain réel en termes de confort et de qualité de vie pour ces patients. Nous avons pour ambition de leur redonner à terme la capacité de se nourrir normalement et qu'ils retrouvent leur socialité lors des moments de repas. Les perspectives d’évolution de cette prothèse restent considérables." souligne Christian Debry.

(1) avec la société Protip Medical

Source
Implantation of an Artificial Larynx after Total Laryngectomy. The New England Journal of Medicine, Correspondence. 5 janvier 2017. DOI: 10.1056/NEJMc1611966

► Contact chercheur
Christian Debry, chercheur à l'unité Inserm 1121 "Biomatériaux et Bioingénierie" (Inserm/Université de Strasbourg), Chef de service-ORL et chirurgie cervico-faciale, CHU de Strasbourg Hautepierre
Tél 03 88 12 76 44 - christian.debry[at]chru-strasbourg.fr

►Voir le sujet dans la salle de presse de l'Inserm


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes