LA MICROSCOPIE INTRAVITALE CORRELATIVE: OBSERVER LE VIVANT A (TRES) HAUTE RESOLUTION

10 août 2016

Enregistrement en 3D des éléments anatomiques présents dans les tissus

Voir et comprendre les mécanismes du vivant à l’échelle de la cellule et de ses organelles, dans l’animal, c’est maintenant possible. En effet, une équipe de Strasbourg (Inserm) associée à l’EMBL (Heidelberg) a permis le développement d’une technique pionnière d’imagerie intravitale corrélative qui combine, pour la première fois, la visualisation de phénomènes physiologiques ou pathologiques dans un modèle animal vivant à la très haute résolution obtenue par microscopie électronique. Ces travaux et les technologies développées sont publiés dans la revue Trends in Cell Biology. Lire la suite

La compréhension des mécanismes cellulaires à la base de tous les phénomènes physiologiques ou pathologiques requiert des techniques microscopiques d’observation qui allient résolution temporelle (capacité à documenter la dynamique, parfois rapide, du phénomène) à la haute résolution. Or, la très haute résolution microscopique ne peut être obtenue que par microscopie électronique, qui se pratique sur des échantillons coupés et disposés dans une résine dure. Cette limite majeure a pendant longtemps poussé les chercheurs à modéliser des maladies in vitro, ou à se limiter à des observations in vivo, dans l’animal, à faible résolution.

Grâce au travail collaboratif mené depuis quelques années par les équipes de Jacky Goetz (Unité Inserm 1109, Strasbourg) et Yannick Schwab (EMBL, Heidelberg), il sera maintenant possible d’élaborer des stratégies expérimentales qui reproduiront une maladie dans un modèle animal pertinent, de la visualiser et la documenter par une approche de microscopie intravitale (dans l’animal) et enfin de la décortiquer par microscopie électronique.

Leurs travaux permettent d’apporter à la communauté scientifique des procédures de routine pour réaliser ces approches en toute confiance et ainsi envisager de mieux comprendre les fonctionnements du vivant en les étudiant dans leur modèle le plus pertinent, l’animal. Par ailleurs, ces protocoles étaient à ce jour extrêmement chronophages et décourageaient les chercheurs par manque de temps et par désir d’observer leur phénomène d’intérêt de nombreuses fois. Les nouvelles techniques mises au point permettent de significativement réduire le temps expérimental et ainsi d’envisager d’observer le phénomène de nombreuses fois, ce qui est un prérequis pour la compréhension de tout phénomène physiologique ou pathologique.

Ces résultats innovants devraient changer la manière d’approcher une problématique biologique et permettront de confirmer ou d’invalider de nombreux dogmes dans la recherche fondamentale et biomédicale. 

Source
Karreman MA, Hyenne V, Schwab Y, Goetz, JG. Intravital Correlative Microscopy: Imaging Life at the Nanoscale. Trends in Cell Biology. 10 août 2016.

Contact chercheur
Jacky Goetz, Unité Inserm 1109, équipe "Thérapies ciblées du microenvironnement tumoral" : jacky.goetz[at]inserm.fr - tél. 03 88 27 77 27


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes