CILIOPATHIE : DECOUVERTE D'UN GENE IMPLIQUE DANS LA MALADIE

06 janvier 2017

Hélène Dollfus, examen ophtalmologique dans son bureau de consultation à l'hôpital civil de Strasbourg, service des affections rares en génétique ophtalmologique (CARGO), directrice de l'unité 1112 laboratoire de génétique médicale Strasbourg.

Les équipes d'Hélène Dollfus (Inserm unité 1112/université de Strasbourg, Laboratoire de génétique médicale) et de Sylvie Friant (CNRS, unité 7156/université de Strasbourg) montrent qu’une mutation dans le gène VPS15 - codant pour une protéine impliquée dans le transport cellulaire - est responsable d’une ciliopathie, maladie génétique handicapante qui affecte notamment les reins et les yeux. Ces travaux, réalisés en recherche clinique grâce à des patients du Centre des affections rares en génétique ophtalmologique (CARGO) des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, ont été publiés dans la revue Nature Communications.

 

Les ciliopathies regroupent une famille de maladies génétiques très handicapantes qui affectent le développement et le fonctionnement de certains organes (dont le rein et les yeux). Différentes protéines nommées BBS (Bardet-Biedl Syndrome) sont impliquées dans ces maladies.

 

Le cil primaire (en vert) est très court dans les cellules de la peau de patients portant une mutation dans le gène VPS15 et atteints de ciliopathie (à dr.), comparé aux cellules d’individus sains (à g.). Le noyau est marqué en bleu et la protéine VPS15 est en rouge.

Dans cette étude, les chercheurs ont identifié pour la première fois une mutation dans le gène VPS15 (vacuolar protein sorting) chez des patients atteints de ciliopathies. L'étude a été réalisée grâce à des échantillons issus de patients du Centre des affections rares en génétique ophtalmologique (CARGO) des Hopîtaux universitaires de  Strasbourg.

 

 

Leurs travaux montrent que VPS15 agit, dans la cellule, comme un nouvel acteur de la machinerie de transport vésiculaire allant de l’appareil de Golgi au cil primaire (extension de la membrane plasmique d'une cellule qui fonctionne comme une antenne sensorielle). Le trafic vésiculaire permet à des molécules d’être transportées d’un compartiment à l’autre dans la cellule via des mécanismes de fusion entre les membranes et les vésicules de transport. La découverte de ces mécanismes a d'ailleurs bénéficié du prix Nobel de médecine et physiologie en 2013. En effet, du transport des vésicules dépend la bonne organisation intracellulaire, ainsi que le fonctionnement des cils primaires indispensables dans le processus de signalisation cellulaire.
Ces recherches identifient la protéine VPS15 comme un nouvel acteur dans la formation du cil primaire en lien avec les ciliopathies . Ainsi, la protéine VPS15 qui jouait déjà un rôle dans l’autophagie, dévoile aujourd'hui une nouvelle fonction dans le trafic intracellulaire vers le cil primaire au sein d’un complexe avec la golgine GM130.

Le plaisir de comprendre avec "l'esprit gourmand et chercheur" : ce gâteau présente le schéma du trafic intracellulaire vers le cil primaire (avec le rôle de la protéine VPS15 qui intervient au niveau du Golgi pour réguler le transport des vésicules IFT20 vers le cil primaire).

 

Source
 A mutation in VPS15 (PIK3R4) causes a ciliopathy and affects IFT20 release  from the cis-Golgi
Stoetzel C, Bär S, De Craene JO, Scheidecker S, Etard C, Chicher J, Reck JR, Perrault I, Geoffroy V, Chennen K, Strähle U, Hammann P, Friant S, Dollfus H. Nat Commun. 2016 Nov 24;7:13586. doi: 10.1038/ncomms13586.

Contact chercheur
Hélène Dollfus,  Inserm unité 1112 "Laboratoire de génétique médicale" :  helene.dollfus[at]inserm.fr
Sylvie Friant, CNRS UMR 7156 "Laboratoire de Génétique Moléculaire, Génomique, Microbiologie" : s.friant[at]unistra.fr


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes