CHIRURGIE FŒTALE : LE PRIX CASDEN DU JEUNE CHERCHEUR A NICOLAS SANANES

23 juin 2016

Le Prix Casden du Jeune Chercheur a été  remis à Nicolas Sananès, gynécologue-obstétricien au Centre médico-chirurgical et obstétrique à Schiltigheim pour ses recherches en chirurgie fœtale de la hernie du diaphragme, menées au laboratoire Inserm 1121 "Biomatériaux et bioingénieurie" de Strasbourg.

Lors de la remise du prix, à gauche : Bruno Langer (Chef du pôle de gynécologie obstétrique HUS), Nicolas Sananès au centre, à dr. Pierre Schaaf, directeur du laboratoire Inserm 1121 où le lauréat exerce ses activités de recherche.

Le projet porté par Nicolas Sananès est le « développement d’un dispositif médical innovant pour l’occlusion trachéale fœtale par endoscopie pour les fœtus présentant une hernie
diaphragmatique ».

La hernie diaphragmatique chez le foetus est une maladie grave due à une malformation du diaphragme. Cette anomalie amène les viscères abdominaux à pénétrer dans le thorax. Le développement des poumons est alors compromis, ce qui entraîne une insuffisance respiratoire avec un risque élevé de mortalité à la naissance.
 Cette malformation concerne 1 naissance sur 2 500 dans le monde.
S’il est possible de traiter chirurgicalement après la naissance un nouveau-né atteint de hernie diaphragmatique, les risques de décès n’en restent pas moins élevés du fait de problèmes respiratoires majeurs résultant de la compression des poumons par les viscères pendant la vie foetale.
La pose, avant la naissance, d’un petit ballonnet par voie endoscopique dans la trachée des foetus atteints de cette anomalie permet, en générant une hyperpression, de favoriser la croissance des poumons du foetus pendant la grossesse et d’améliorer la survie après la naissance. Cette intervention nécessite une grande expertise qui n’est disponible que dans quelques centres dans le monde.

Un  dispositif médical innovant

Le problème est que le ballonnet doit être impérativement retiré pendant la période prénatale, avant la naissance, sans quoi le nouveau-né ne peut pas respirer. Cela implique une seconde opération délicate, parfois impossible et qui n’est pas dénuée de risques. De plus cette intervention doit souvent être réalisée en urgence, ce qui implique que la maman reste à proximité immédiate d’un des rares centres qui a l’expertise du retrait de ce ballonnet.

L’innovation repose sur la mise au point d’un ballonnet avec un système de valve obstruée par une bille aimantée. Pour retirer le ballonnet chez le foetus, il suffit que la femme enceinte se positionne à proximité immédiate du champ magnétique d’une IRM. Ainsi, cette innovation permet d’éviter d’avoir à faire une deuxième opération pendant la grossesse et d’éviter surtout tous les risques qui lui sont associés. De plus, la maman pourra accoucher, même en urgence, dans la maternité adaptée à sa pathologie, au plus près de son lieu de résidence. Ce nouveau dispositif devrait permettre d’améliorer de façon significative le pronostic des foetus atteints de hernie diaphragmatique. Il permettra aussi de diffuser plus largement la prise en charge in utero de ces fœtus.

Des premiers prototypes de ce nouveau dispositif médical vont être réalisés, notamment grâce à la dotation financière du prix Casden qui est de 20000 euros.

Contact chercheur : Nicolas Sananès, unité Inserm 1121 "biomatériaux et bioningénieurie"/Centre médico-chirurgical et obstétrique (CMCO)
nicolas.sananes[at]chru-strasbourg.fr


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes